[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet] [Accueil]
[Page 1]
[Page 1]
[Page 2]
[Page 3]
[Page 5]
[Page 4]
[Page 6]
[Page 7]
[Page 8]
[Page 9]
[Page 10]
[Page 11]
[Page 12]
[Page 13]
[Page 14]
[Page 15]
[Page 16]
[Page 17]
[Page 18]
[Page 19]
[Page 20]
[Page 21]
[ACPG]
[BOULISTES]
[Page 24]
[Page 25]
[Page 26]
[Page 27]
[N° TEL]
[N°TEL SANTE]
[]

Les légendes

            Dannes est un grand village situé dans un bas fond assez marécageux, plein de sources, au pied d'une couronne de monts : le Mont St Frieux - le Mont de Camiers - le Mont au Guet - le Mont Madame et le Mont à Railloux.

Rien d'étonnant donc que les légendes y soient nées !

          L'un des vitraux de l'Eglise évoque celle de Saint Josse et de Saint Frieux qui de mont en mont s'adressaient des signaux mystérieux. Saint Frieux est représenté également décapité comme Saint Denis et Tenont, sa tête dans ses mains.



LA LEGENDE DU RUISSEAU :


          Au bas du vitrail, on remarque un ruisseau. C'est encore une autre légende où il est question d'une main mystérieuse qui sort de l'eau. Cette histoire appartient encore aux légendes de l'abbaye de Saint Josse; c'est la punition de Gérard de Waben, vassel du comte Renaud de Danmartin qui était parti à la tête d'une forte troupe armée pour pillier l'abbaye de Saint Josse.

          Devant le ruisseau de Dannes, il fut pris d'une soif intense qu'il tenta d'apaiser. Mais en s'approchant de l'eau, un bras vêtu d'un vêtement blanc, sortit de l'eau et l'y fit tomber. Il fut sauvé par les siens, perdit la raison, la retrouva peu àprès le temps de se repentir et de bénir le nom de Dieu. Trois jours plus tard, il mourut.

          Le comte Renayd, à qui il avait narré ce drame, fut troublé. Aussi vint-il lui même en pélerinage à Saint Josse, pleurant et gémissant, dit la légende.

          Le ruisseau de Dannes, jusque 1800 passait sous la voûte qui porte le dallage du choeur de l'Eglise. Il fut détourné à cette époque.


LA LEGENDE DES CLOCHES DU VENDREDI SAINT :


          Une autre légende rapporte aussi que le vendredi saint, on entend sonner les cloches au lieu dit "les Arliques" au pied du Mont St Frieux où une cité antique a été enfouie sous les sables.

Le toscin sonna ce jour-là, un vendredi saint, pour donner l'alarme. C'est pourquoi, dit-on, les cloches ensevelies tintent chaque année à pareille époque.

Il parait, enfin, que d'avion, quand on survole ce lieu dit, on aperçoit l'image caractéristique des cités enfouies.

Dannes